Les partenaires institutionnels de l'AFSP
Une alliance de recherche, un réseau collaboratif

Adopté par le Conseil de l'association le 23 mai 2000, le principe d'une cotisation versée par des adhérents institutionnels a pour objet de permettre de répondre plus facilement aux besoins des instituts et laboratoires en région en matière de développement des activités de recherche.
Plus généralement, l'idée est d'associer étroitement aux activités de l'AFSP l'ensemble des instituts d'études politiques et les autres institutions participant au développement de la science politique en France.

La valeur de notre association est indissociable de la diversité, du dynamisme et de l’investissement de ses partenaires. La notoriété de l’AFSP doit permettre à ses membres et partenaires de soutenir et de valoriser la recherche française en science politique. Faire avancer la science politique française est un défi qui doit se gagner chaque jour avec le soutien de l’ensemble de la communauté des politistes.
Depuis la réforme de ses statuts, votée lors de l'Assemblée Générale de Grenoble en 2009, les partenaires institutionnels de l'Association sont représentés par cinq membres au sein du Conseil d'Administration de l'Association. Cette nouvelle disposition est entrée en vigueur au lendemain du renouvellement partiel du Conseil d'Administration du 27 mai 2010.
Découvrez ici la composition de ce Conseil élargi aux représentants des partenaires institutionnels qui contribuent désormais aux choix concernant les orientations stratégiques et scientifiques de l'AFSP.

Toutes les actualités et informations scientifiques
de nos partenaires sont accessibles en ligne
sur le portail de la recherche en science politique.

 

Fondation nationale des sciences politiques (FNSP / Sciences Po)

La Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) est une fondation de droit privé, située à Paris, créée par ordonnance en 1945 pour recevoir le patrimoine de l'ancienne École libre des sciences politiques et assurer la gestion de l'Institut d'études politiques de Paris, fondé simultanément et avec lequel elle forme un ensemble nommé Sciences Po. Elle joue depuis soixante cinq ans un rôle déterminant dans la constitution et la diffusion de la science politique en France.

http://www.sciences-po.fr/portail/

Zoom sur...
L'Annuaire de la recherche à Sciences Po

Le potentiel de la recherche à Sciences Po est constitué de près de 184 chercheurs et enseignants chercheurs (84 FNSP, 60 CNRS, 40 EN). Ce potentiel est enrichi par la présence de professeurs et de chercheurs associés dans les différents centres et chaires de Sciences Po.
http://www.sciences-po.fr/portail/fr-fr/recherche/l-annuaire-de-la-recherche/
Les Presses de Sciences Po, éditeur scientifique et universitaire de référence, répondent à une triple vocation : publier la recherche, éditer des ouvrages de référence à destination des étudiants et animer le débat public et politique. Une attention particulière est portée aux relations internationales, à la mondialisation, au développement durable, aux problématiques de gouvernance, aux mutations de la vie politique, aux évolutions des sociétés et des mentalités, à l'économie et à l'histoire du XXe siècle.
http://www.pressesdesciencespo.fr/


Sénat

Le Sénat constitue la chambre haute du Parlement français selon le système du bicamérisme. Il détient le pouvoir législatif avec l'Assemblée nationale. En vertu de l'article 24 de la Constitution de la Ve République, il est le représentant des collectivités territoriales et, avec l'Assemblée nationale, des Français établis hors de France. Il siège au palais du Luxembourg.
Le Sénat, qui compte 348 sénateurs depuis le renouvellement de 2011, a subi plusieurs réformes de son mode d'élection. Depuis l'adoption de la loi n° 2003-697 du 30 juillet 2003, les sénateurs sont élus par 150 000 grands électeurs au suffrage universel indirect, soit proportionnel (52 %), soit uninominal à deux tours (48 %), pour un mandat de six ans, renouvelable par moitié tous les trois ans depuis 2011.
Depuis le 1er octobre 2011, le président du Sénat français est Jean-Pierre Bel, sénateur socialiste de l'Ariège.

http://www.senat.fr/

Zoom sur...
Le Prix de thèse du Sénat
Le prix de thèse du Sénat a pour objectif de distinguer chaque année un ou plusieurs travaux de thèse portant sur le bicamérisme, les collectivités locales et la vie politique et parlementaire. Le premier prix est de 9 000 €, dont 6 000 € sont affectés à la publication de la thèse dans la collection «Bibliothèque parlementaire et constitutionnelle» aux éditions Dalloz. Le prix de thèse du Sénat est attribué par un jury composé de 18 membres dont 4 sénateurs, 9 professeurs des universités spécialisés en droit constitutionnel, science politique, droit des collectivités locales et finances publiques et 5 fonctionnaires du Sénat.

http://www.senat.fr/connaitre/prix_de_these/index.html


Département de science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L'UFR de Science politique a été créée sous le nom de Département de Science politique de la Sorbonne en 1969, au sein de l'Université Paris 1, à l'initiative notamment de Maurice Duverger, Madeleine Grawitz, Léo Hamon, et Marcel Merle.
Elle constitue en France la seule institution universitaire exclusivement vouée à la promotion de cette discipline aussi bien par l'enseignement que par la recherche. Institutionnellement, l'UFR de Science politique contribue d'une part à la formation des étudiants qui suivent la filière Droit. A ce titre, elle participe à la coordination des UFR juridiques et politique et est associée au fonctionnement de l'UFR d'études juridiques générales, en charge du premier cycle. D'autre part, elle assure des enseignements qui sont suivis par des étudiants d'autres filières (économie, histoire, philosophie, gestion...). L'UFR a la pleine responsabilité de filières spécifiques en 1er cycle avec l'UFR d'Histoire (Bi-Deug), en 2ème cycle (Licence 3 et Master 1 de science politique) et en 3ème cycle (Master 2 Recherche et Master 2 Professionnel).

http://www.univ-paris1.fr/ufr/ufr11-science-politique/

Zoom sur...
Le Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne (CRPS), laboratoire des sciences sociales du politique, à vocation à étudier dans divers contextes culturelles et géographiques les multiples objets de ce domaine : partis politiques, mobilisations sociales, institutions politiques et administratives, politiques publiques, processus électoraux, communication politique, gouvernance européenne et internationale...
http://crps.univ-paris1.fr/
Ecole doctorale de science politique
http://www.univ-paris1.fr/ecoles-doctorales/ed-science-politique/


Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence

C’est par le décret du 27 mars 1956 qu’est créé l’Institut d'Etudes Politiques d’Aix-en-Provence, à l’initiative du Pr.Paul de Geouffre de la Pradelle. En 1969, l’Institut constituait une Unité d’Enseignement et de Recherche, érigée en établissement public à caractère scientifique et culturel, rattachée à l’Université Aix-Marseille III. En 1989, il devient établissement public à caractère administratif doté de la personnalité juridique. Depuis un demi-siècle, l’IEP a su évoluer dans un paysage complexe et fortement concurrentiel et mener ses étudiants vers des carrières de hauts fonctionnaires ou de cadres supérieurs dans les secteurs public ou privé.
Grande Ecole en Provence, Sciences Po Aix fait partie du réseau national des Instituts d’Etudes Politiques même si elle conserve bien sûr un certain nombre de particularités qui souligne la richesse de ses enseignements et de sa recherche : science politique comparative, expertise internationale, journalisme, communication, culture et religion, préparation aux concours les plus prestigieux… Le renforcement des liens avec les grands acteurs économiques a encore élargi les possibilités de débouchés professionnels qu’offre un diplôme particulièrement recherché par les employeurs.

http://www.iep.univ-cezanne.fr/

Partenaire du Congrès AFSP 1996

Zoom sur...
Partenariat EOAA - IEP / Aix
Les Ecoles d'Officiers de l'Armée de l'air (EOAA) et l'Institut d'Etudes Politiques d'Aix en Provence (IEP Aix) entretiennent, et ceci depuis de nombreux années, des relations pédagogiques de grande valeur. Le Général de brigade aérienne Denis Mercier, commandant les EOAA et le directeur de l'IEP d'Aix-en-Provence, monsieur Christian Duval, ont affiché clairement leur détermination à renforcer ces dernières en signant, le 18 mai 2009, une lettre d'intention de partenariat entre les deux organismes.
En savoir plus...
L’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence s’est doté depuis le 1er janvier 2008 d’un centre de recherche unique dénommé CHERPA (Croyances, Histoire, Espace, Régulation Politique et Administrative) Cette équipe d’accueil N° 4261, reconnue par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, est née de la réunion des huit équipes de recherche de l’IEP : le CSPC (EA N°1747), l’Observatoire du Religieux (EA N° 2211), le CESPU (EA N°3935), le CRAIC (JE N°2469), le CREALC, le Centre Saint-Laurent, le Centre d’Histoire Militaire et l’Observatoire méridional du politique.
En savoir plus sur le CHERPA...


Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux

Fondé en 1948 par Maurice Duverger, l’IEP de Bordeaux est situé sur le campus universitaire de Pessac - Talence, dans la banlieue sud de Bordeaux. Établissement rattaché à l’Université Montesquieu - Bordeaux IV, il est doté d’un statut lui donnant une autonomie pédagogique, administrative et financière. Institution universitaire dotée d’une très forte originalité, l’IEP de Bordeaux parvient à maintenir un modèle –pluridisciplinarité, formation méthodologique, ouverture à des champs professionnels- qui a fait ses preuves tout en l’adaptant aux évolutions des étudiants et du monde qui nous entoure. L’ambition est d’y donner un bon bagage culturel et une solide formation intellectuelle.
Sciences Po Bordeaux a, depuis longtemps, inscrit la dimension internationale dans ses principales priorités. Cette caractéristique est apparue dès les premières décennies du fonctionnement de l'établissement par une importante série de coopérations et de relations nouées aussi bien avec l'Afrique noire (création d'un centre de recherche du CNRS et de la FNSP consacré à ce continent) qu'avec l'Amérique du Nord (nombreux liens avec le Québec par exemple). Cette habitude de coopération internationale pour les chercheurs en science politique présents dans les centres de recherche de Sciences Po Bordeaux n'a cessé de se renforcer. Ainsi l'établissement est-il présent dans les grands réseaux internationaux de science politique ou de science administrative (Association Internationale de Science Politique, Pôles thématiques européens, European Consortium for Political Research, etc).

http://www.sciencespobordeaux.fr

Partenaire du Congrès AFSP 1988

Zoom sur...
En janvier 2011, SPIRIT et le LAPSAC deviennent le Centre Durkheim
Le caractère distinctif du Centre Émile-Durkheim – Science politique et sociologie comparatives ne procède pas de la concentration sur un objet unique ou de la délimitation d’un terrain d’étude exclusif, mais bien plutôt d’une façon originale de questionner des objets et des terrains multiples en privilégiant la méthode comparative. La méthode comparative permet de consolider les énoncés et d’en préciser la portée. Les recherches menées au sein du laboratoire ne visent pas à accumuler des données descriptives dans un esprit monographique mais bien plutôt à tester ou à enrichir des hypothèses générales. Plusieurs recherches visent à étudier un même phénomène sur des terrains diversifiés, voire contrastés. Mais les travaux réalisés par les membres du Centre Émile-Durkheim – Science politique et sociologie comparatives permettent également de développer un questionnement sur les « croisements » qui s’opèrent entre les cas étudiés. Ils proposent enfin de comparer les traductions et les hybridations différenciées de dynamiques transnationales.
Sur cette base, cinq axes de recherche sont constitués :
(1) INÉGALITÉS - Recherches comparatives sur les expériences des inégalités
(2) IDENTIFICATIONS - Recherches comparatives sur les processus d’identification
(3) MARCHÉS - Recherches comparatives sur l’organisation politique des marchés
(4) INSTITUTIONS - Recherches comparatives sur le personnel et les activités des institutions politiques dans l'UE
(5) INTERNATIONAL - Recherches comparatives sur les négociations internationales et les dynamiques de transnationalisation
http://www.durkheim.sciencespobordeaux.fr

Les Afriques dans le monde (LAM)
Les Afriques dans le monde (LAM), UMR 5115 du CNRS et de Sciences Po Bordeaux, est née le 1er janvier 2011 de la fusion entre le Centre d'étude d'Afrique noire (CEAN, Sciences Po Bordeaux) et le Centre d'études et de recherches sur les pays d'Afrique orientale (CREPAO, Université de Pau et des Pays de l'Adour, UPPA, rejoints par des chercheurs et enseignants-chercheurs des universités Michel de Montaigne-Bordeaux 3  et Victor-Segalen Bordeaux 2. L'objectif est de contribuer à la constitution, sur le site universitaire bordelais et aquitain, d'un grand pôle de recherche et d'enseignement, pluridisciplinaire et interuniversitaire, sur les Afriques.
L'élargissement du périmètre institutionnel de cette nouvelle UMR va de paire avec celui de son périmètre scientifique. Son aire de recherche n'est plus l'Afrique « noire », comme c'était le cas depuis 1958, année de création du CEAN, mais l'ensemble du continent africain, la césure entre l'Afrique « noire » et l'Afrique « blanche » ou « arabe » ne faisant plus sens aujourd'hui. Mais ce périmètre s'élargit davantage encore pour englober les Caraïbes et, plus généralement, toutes les sociétés issues de la Traite atlantique. C'est tout le sens du nom qui lui a été donné : Les Afriques dans le monde.Pour autant, le projet scientifique de LAM ne s'inscrit pas dans une logique d'aires culturelles. Etudier les Afriques dans le monde, c'est appréhender cette aire empirique de pertinence scientifique historique dans son rapport, complexe et protéiforme, à la globalisation. Il ne s'agit donc pas d'étudier la globalisation en tant que telle mais, plutôt, ce que l'observation des Afriques dit sur la globalisation. A l'origine de ce questionnement, il y a donc une posture d'ordre épistémologique et méthodologique, un renversement des perspectives, un décentrement du regard qui entend interroger la globalisation à partir des Afriques et ce, selon trois grands axes thématiques Comparatistes et transversaux : Gouvernance, institutions, représentations <http://cean.sciencespobordeaux.fr/axe1.htm>  ; Conflits, territoires, développement <http://cean.sciencespobordeaux.fr/axe2.htm>  ; Culture, identifications, création <http://cean.sciencespobordeaux.fr/axe3.htm> .

Association des Jeunes Politistes de Bordeaux
L'AJPB est une association loi 1901 qui vise à accompagner et à valoriser les activités des jeunes chercheurs en science politique des laboratoires SPIRIT (Science Politique, Relations Internationales, Territoires), CEAN (Centre d’Etude d’Afrique Noire) et CEREB (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Balkans) bordelais. Elle se donne également pour objectif d’être pour les étudiants de l’Ecole Doctorale 208 un lieu de rencontre et d’échanges personnels et scientifiques, ainsi qu’un relais de leurs intérêts auprès des équipes administrative, scientifique et pédagogique.
www.ajpb.fr

Une nouvelle école doctorale pour la science politique bordelaise : http://www.edsp2.univ-bordeaux.fr/
L’école doctorale SP2 regroupe le périmètre de la précédente école doctorale « Sciences sociales : société, santé, décision (ED 303, Université Bordeaux 2 Victor Segalen), celui de la précédente école doctorale « Science Politique » (ED 208, Université Bordeaux IV Montesquieu et Institut d’Etudes Politiques, Bordeaux) et inclut deux structures de recherche anciennement rattachées à l’école doctorale « Sciences de la Vie et de la Santé » (ED 154, Université Bordeaux 2 Victor Segalen) : le Centre de Recherche ISERM 897 “Epidémiologie et Biostatistique” regroupant 6 équipes et unités de recherche et l’Unité INSERM 657 “Pharmaco-épidémiologie”. Ce regroupement a pour objectif de structurer et consolider les liens existant entre sciences sociales, science politique, sciences humaines et santé publique et de construire un dispositif clair, compréhensible, fondé sur la coopération et la volonté d’offrir aux étudiants en thèse et aux enseignants-chercheurs et chercheurs les meilleures conditions de travail et de professionnalisation. Cette école doctorale a pour objectif de bâtir, sur la base des équipes de recherche et des laboratoires existants et accrédités dans les disciplines concernées et avec le soutien actif des établissements porteurs, un pôle qualitativement et quantitativement puissant et structurant autour de société, politique, homme et santé publique.


Institut d’Etudes Politiques de Grenoble

Créé en 1948, l’Institut d’études politiques de Grenoble fait partie du réseau des neuf IEP français placés sous l’égide de la Fondation nationale des sciences politiques. Il est rattaché, par convention, à l’université Pierre Mendès-France de Grenoble, reconnue dans le domaine des sciences sociales. L’IEP offre de nombreux débouchés grâce à sa formation pluridisciplinaire et à la possibilité de se spécialiser en cours d’études. Ses anciens étudiants sont maintenant des cadres supérieurs pour l’administration, les collectivités territoriales, les entreprises des secteurs industriels et les services. Le diplôme permet également d’entrer dans les secteurs de la communication et des médias, des ressources humaines, de l’économie sociale, l’humanitaire, les organisations internationales... Les diplômés peuvent préparer les concours administratifs ou les grandes écoles de journalisme. Certains poursuivent des études en troisième cycle jusqu’au doctorat ; ils accèdent ainsi aux métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur.
L’IEP est un acteur majeur de la recherche en sciences politique, administrative et sociale, reconnu à l’échelle européenne. Le laboratoire PACTE (Politiques publiques, ACtion politique, TErritoires) est une des plus importantes unités de recherche française en sciences sociales. Créé avec le CNRS, et les universités Pierre Mendès-France et Joseph Fourier de Grenoble, il comprend près de 250 permanents. Les étudiants bénéficient de cette activité de recherche qui irrigue largement les enseignements.

http://www-sciences-po.upmf-grenoble.fr/

Partenaire du Congrès AFSP 2009

Zoom sur...
PACTE
L’unité mixte de recherche Pacte - Politiques publiques, Action politique, Territoires (UMR CNRS/IEP/UPMF/UJF 5194) - regroupe plusieurs laboratoires grenoblois en sciences humaines et sociales et constitue une des plus grosses structures de recherche en France pour la science politique, la géographie, l’aménagement et l’urbanisme, la sociologie des organisations et de l’innovation scientifique Les anciens laboratoires regroupés dans Pacte sont le Cerat, le Cidsp, Territoires, le Seigad et, depuis janvier 2007, Cristo. Pacte compte deux départements : Politique-Organisations (liée à l’Institut d’études politiques de Grenoble) et Territoires (liée à l’Institut de Géographie Alpine et à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble). Elle compte 119 chercheurs et enseignants-chercheurs permanents, 24 ingénieurs, techniciens et administratifs, et 163 doctorants. Spécialisée dans l’étude des sciences de gouvernement, l’UMR Pacte consacre ses activités de recherche et d’expertise aux politiques publiques, aux actions politiques et organisation comme aux territoires en privilégiant les approches transdisciplinaires.
http://www.pacte.cnrs.fr/


Institut d’Etudes Politiques de Lille

Fondé en 1991, Sciences Po Lille appartient au réseau des instituts d'études politiques de la Fondation Nationale des Sciences Politiques (avec les instituts de Paris, Strasbourg, Bordeaux, Rennes, Grenoble, Lyon, Toulouse, Aix-en-provence). Fort de sa position géographique privilégiée, au carrefour de l'Europe du Nord entre Londres, Paris, Bruxelles, Amsterdam et Cologne, Sciences Po Lille propose une offre de formation de haut niveau en études politiques afin de préparer aux carrières administratives nationales, européennes et internationales, à l'enseignement et à la recherche ainsi qu'aux fonctions d'encadrement et de direction dans l'entreprise.
Ce sont plus de 4000 candidats qui tentent chaque année leur chance pour entrer à Sciences-po Lille, attirés à la fois par les prestations offertes —entre autres éléments : une année obligatoire à l’étranger, une section spécialisée sur les questions européennes, des doubles-diplômes avec l’Allemagne, la Grande-Bretagne et désormais l’Espagne, 2 langues vivantes obligatoires et bientôt une 3ème optionnelle…— et par le positionnement très privilégié de la ville de Lille, au cœur de l’Europe du Nord-Ouest.

http://iep.univ-lille2.fr/

Partenaire du Congrès AFSP 2002

Zoom sur...
Filière franco-allemande
Depuis la rentrée universitaire 1999-2000, a été mis en place un programme d’études intégrées en sciences politiques et sociales visant à préparer les diplômes français et allemands. Cette formation s’inscrit dans le cadre de l’Université franco-allemande voulue en 1997 au Sommet de Weimar par le Président Chirac et le Chancelier Kohl. Le programme prévoit que les étudiants français et allemands obtiendront deux diplômes, celui de l’IEP de Lille (avec mention de la filière franco-allemande) et celui de la Westfälische Wilhelms-Universität Mûnster. La durée des études du programme est de cinq années. Chaque année, un groupe composé d’un nombre à peu près équilibré d’étudiants français et allemands est recruté pour l’entrée en 1ère année à Lille : une moitié d’étudiants français (sélectionnés par l’IEP de Lille), l’autre moitié d’étudiants allemands (sélectionnés par l’Université de Münster). Le nombre d’étudiants est déterminé chaque année en fonction des capacités d’accueil et des moyens budgétaires. Ils étudient ensemble durant toute leur formation universitaire : la 1ère année se déroule à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille, la 2ème année à l’Université de Münster, la 3ème année à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille, la 4ème année à l’Université de Münster et la 5ème année soit à Lille, soit à Münster. L’Université Franco-Allemande accorde son soutien financier à ce programme.
http://iep.univ-lille2.fr/formation/franco-allemande.html


Institut d’Etudes Politiques de Lyon

La pédagogie active de l'institut, créé par décret du 4 mai 1948, s’appuie sur un environnement de recherche particulièrement riche et stimulant. L’UMR CNRS Triangle « Action, pensée, discours politique et économique », en rattachement principal à l’Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines (ENS-LSH) et secondaire à l’IEP de Lyon et à l’Université Lyon 2, a couronné plusieurs années d’effort pour doter le site lyonnais d’un grand laboratoire d’étude pluridisciplinaire sur le politique au sens large, dans la logique des missions confiées statutairement aux IEP. La Jeune Equipe « Groupe de Recherche en Epistémologie Historique et Politique » (GREPH) a quant à elle développé un programme spécifique qui débouche aujourd’hui sur un rattachement de ses chercheurs à la nouvelle Equipe d’Accueil (EA) LEPS (Laboratoire d’Etude du Phénomène Scientifique), en rattachement principal à Lyon 1. L’Equipe d’Accueil « Médias et identités », qui a un rattachement principal à Lyon 2 et secondaire à l’IEP, va constituer le point d’appui central d’un nouveau laboratoire (EA) qui réunit les principales forces en matière de recherche en information-communication sur le site lyonnais (voir rubrique « Recherche – Les centres de recherche). Deux grandes UMR du CNRS, l’Institut d’Asie Orientale (IAO) et le Groupe de Recherche et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) sont également en appui des formations de l’IEP qui gère plusieurs diplômes portant directement sur le monde asiatique et le monde arabe (DU, masters). L’Institut des Sciences de l’Homme (ISH) et la Maison de l’Orient Méditérannéen (MOM), structures fédératives au sein du réseau des Maisons des Sciences de l’Homme, complètent un dispositif d’excellence qui a encore été renforcé par la création l’Institut d’Etudes Avancées (IEA) de Lyon, membre du Réseau Thématique de Recherche Avancée (RTRA) « Réseau des IEA », permettant la coordination scientifique dans le domaine des SHS des sites d’Aix-Marseille, Lyon, Nantes et Paris.

http://iep.univ-lyon2.fr/

Partenaire du Congrès AFSP 2005

Zoom sur...
Site Webdoc
Dans la rubrique "Ressources en ligne" du site Webdoc, vous retrouverez : Sélection de liens : annuaire de plus de 2800 sites web en droit, économie, histoire et géographie, info-com, sociologie et vers les serveurs des institutions françaises et étrangères, des organisations internationales, des ONG, des médias et des universités de Sciences politiques, des catalogues de bibliothèques et une aide internet. Actualité internationale : mois par mois depuis 1995, l'IEP vous propose une sélection de serveurs pour suivre l'actualité internationale à travers les ressources disponibles sur l'internet. Bases de données : les bases de données produites à l'IEP de Lyon : FRIPES (références d'articles), SOMREV (signalement de sommaires de revues), TRAVETU (base de données des mémoires des étudiants), DRIPES (dossiers de presse régionaux), "Dossiers de presse" (des dossiers de presse numériques depuis 2000) et Publication des enseignants . Documents en ligne : le service de documentation met en ligne des documents, textes de droit, résultats électoraux, dossiers thématiques... en texte intégral, classés par thèmes et en rapport avec les enseignements dispensés à l'Institut. Enseignements en ligne : certains de nos professeurs diffusent via le Web partie ou intégrité de leur cours, bibliographie ou plan. Accès aux revues en ligne : liens vers des portails ou bouquets permettant d'accéder à des articles de revues en texte intégral sur internet ou en accès restreint.
http://doc-iep.univ-lyon2.fr/accueil.html
Service des Relations Internationales
Depuis 1990, l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon s’est engagé dans une politique de développement de son secteur des relations internationales. La mise en place de réseaux inter-universitaires d’échanges d’étudiants et d’enseignants-chercheurs, en Europe comme dans le reste du monde, dans le cadre d’une politique d’études intégrées, a été et demeure aujourd’hui l’axe prioritaire de cette politique d’ouverture.
http://iep.univ-lyon2.fr/index.php?Rub=7
La plateforme webvidéo de l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon
Elle présente les archives des vidéos de l'IEP : les captations diverses qui se déroulent dans les locaux de l'IEP (conférences, reportages, évènements etc.)
http://iepvideo.ish-lyon.cnrs.fr/index.php


Institut d’Etudes Politiques de Rennes

Créé en 1991, l'Institut d'Etudes Politiques de Rennes est, avec Lille, le plus récent des IEP du réseau "Sciences-Po", organisé sous l'égide de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, et qui réunit les huit IEP de province (Aix, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse). Sciences Po Rennes propose des formations pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales et des spécialisations professionnalisantes adaptées aux exigences du marché de l'emploi. De la 1ère à la 5e année, l'IEP propose un projet pédagogique spécifique afin de transmettre la pluralité des savoirs et clefs de lecture pour les futurs cadres supérieurs des secteurs public et privé, responsables d'ONG, journalistes ou chercheurs…
Si l'IEP de Rennes s'inscrit dans un modèle qui est celui du réseau Sciences-Po, il est aussi fier d'affirmer une identité propre. Elle tient à la palette de ses spécialisations fortes et originales qui lui donnent une forte visibilité dans des domaines comme le journalisme et les médias, l'analyse des politiques publiques et de leur articulation aux territoires, l'économie du développement, la santé publique et la dimension managériale de la gestion des risques. Elle vient des résultats enviés de son Centre de préparation à l'ENA et aux grands concours. La présence d'une des meilleures équipes françaises de sciences sociales (le CRAPE/CNRS) sur le site, l'importance des recherches des universitaires en poste sont un autre moteur de cette exigence scientifique.

http://www.sciencespo-rennes.fr/

Partenaire du Congrès AFSP 1999

Zoom sur...
Centre de Recherche sur l'Action Politique en Europe (CRAPE)
Le CRAPE est un laboratoire de recherche qui regroupe des chercheurs, des enseignants-chercheurs, ainsi que des personnels administratifs. Il a le statut d'unité mixte de recherche (UMR) rattachée au CNRS et à l'Université Rennes 1. Lors de sa création, le CRAPE était exclusivement un laboratoire de science politique ; il est aujourd'hui très largement devenu pluridisciplinaire. Trois autres disciplines de sciences sociales sont directement intégrées au laboratoire : la sociologie, les sciences de l'information et de la communication, l'histoire contemporaine. Cette pluridisciplinarité est systématiquement intégrée dans les questionnements scientifiques et se retrouve dans le contenu des travaux publiés.
http://www.crape.univ-rennes1.fr/


Institut d’Etudes Politiques de Strabourg

Né au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en 1945, l’IEP de Strasbourg se devait de remplir une mission de service public dans une région éprouvée par le conflit et à laquelle il fallait, comme pour le reste de la France, des cadres formés en vue de la reconstruction et de la modernisation de l'Etat. Ce n'est pas un hasard si le décret qui crée l'IEP de Strasbourg suit les textes qui instituent l'ENA. Depuis lors, l'IEP de Strasbourg a toujours su accompagner mutations de son temps. Cette adaptation permanente ne lui a pas fait oublier sa mission de service public. Il la remplit de maintes manières. D'abord en proposant une formation pluridisciplinaire de qualité, débouchant sur une palette de parcours de Masters extrêmement diversifiée, répondant pour l'essentiel aux attentes des étudiants et leur permettant d'être réactifs aux évolutions du marché du travail. Ensuite en s'appuyant sur des synergies multipliant les effets d'opportunité pour ses élèves : appui constant sur les ressources du site strasbourgeois (Université, Pôle Européen d'Administration Publique, Institutions Européennes, Collectivités Territoriales, ENA, INET, etc ...) ; appel permanent à des professionnels compétents et reconnus pour épauler les enseignants-chercheurs ; coopération constante avec les 8 autres IEP soit à travers des actions qui les lient tous (mutualisation de la 5e année), soit à travers des projets qui concernent plus spécifiquement les 6 IEP du Concours Commun (Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse). Enfin, en tentant de s'inscrire pleinement dans son temps et de répondre aux défis majeurs de son époque.

http://www-iep.u-strasbg.fr/

Partenaire du Congrès AFSP 2011

Zoom sur...
Le 1er janvier 2013 le GSPE devient SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe)
Au 1er janvier 2013, l’UMR SAGE regroupera 9 chercheurs CNRS, 49 enseignants-chercheurs et 75 doctorants. Hélène Michel, PR de science politique en sera la directrice ; Philippe Hamman, PR de sociologie, le directeur adjoint.
SAGE résulte d’une restructuration d’unités de recherche en sciences sociales sur le site strasbourgeois dans la dynamique créée par la fusion des trois universités en 2009.
Ce projet pluridisciplinaire a été porté par quatre équipes : une des deux équipes constitutives de l’UMR 7012 PRISME (le « Groupe de sociologie politique européenne » - GSPE), le Centre de recherche et d’étude en sciences sociales (CRESS, EA 1334), l’équipe Centre de droit de l’environnement (CDES) du Centre d'Etudes Internationales et Européennes (CEIE, EA 3394), le Laboratoire d’épistémologie des sciences de la vie et de la santé de l’EA 3424 IRIST), ainsi que des chercheurs de l’UFR de géographie et d’aménagement.
Le projet SAGE fait partie du « périmètre d’excellence » de l’IDEX de l’université de Strasbourg. Il est partenaire du Labex IPOPS en démographie porté par l’INED et porteur du Projet d’excellence de l’Université de Strasbourg sur l’Europe. Le but de SAGE est de contribuer à fédérer les chercheurs dont les travaux participent des sciences sociales du politique (politistes, sociologues, juristes, démographes, géographes, ethnographes et historiens et sociologues des sciences...), appliquées plus particulièrement à la question de l’européanisation appréhendée comme une forme particulière de transnationalisation. La santé, l’environnement, les politiques sociales, culturelles et urbaines, l’internationalisation et la circulation des élites et les mobilisations collectives en constituent les thématiques privilégiées.

En savoir plus...
GSPE
Le Groupe de sociologie politique européenne est le laboratoire de science politique de l'IEP de Strasbourg et de l'Université de Strasbourg. Il regroupe 27 enseignants-chercheurs et chercheurs titulaires, 33 chercheurs associés et 36 doctorants. Ses activités s'incarnent dans un ensemble conséquent de productions (publications, organisation régulière de colloques et de journées d'études, contrats de recherche nombreux auprès d'institutions locales, nationales et européennes). Equipe hébergée de la Maison inter-universitaire des Sciences de l'Homme d'Alsace (CNRS-USR 3227) dont il a intégré le nouveau bâtiment en septembre 2007, le GSPE est depuis le 1er janvier 2005 associé au CNRS au sein du laboratoire PRISME CNRS-UMR 7012.
http://prisme.u-strasbg.fr/gspe.htm
Working papers du GSPE
Cette page web, régulièrement alimentée, présente un échantillon des travaux en cours menés par les membres du Groupe de Sociologie Politique Européenne. Fondées sur une sociologie politique très largement ouverte à l'interdisciplinarité, les recherches conduites au sein du GSPE portent sur les transformations de l'action publique et l'européanisation du politique.
http://prisme.u-strasbg.fr/workingpapers/index-france.html
Plaquette 2010 du GSPE
http://prisme.u-strasbg.fr/les_plaquettes.htm


Institut d’Etudes Politiques de Toulouse

Sciences Po Toulouse fait partie du réseau des neuf Instituts d'Etudes Politiques français placés sous l'égide de la Fondation Nationale des Sciences Politiques qui appartiennent à la catégorie des grandes écoles par leur mode de sélection des étudiants sur concours. Ils forment des cadres supérieurs des secteurs publics et privés et offrent un éventail de débouchés.
L'IEP dispense une formation dont les principes majeurs sont : 1°) concilier professionnalisation et compétence universitaire de haut niveau, c'est-à-dire une formation théorique fondée sur la recherche ; 2°) concilier spécialisation professionnelle et culture pluridisciplinaire et généraliste - la marque de fabrique « Sciences Po » ; 3°) asseoir la professionnalisation sur une pédagogie de l'autonomie et de la mise en situation professionnelle plutôt que sur des accumulations de prestations magistrales.
La vocation professionnelle du Diplôme de Sciences Po Toulouse est incontestablement performante : 1°) la spécialisation s'effectue sur 4 semestres au minimum (4e et 5e année, voire 3e année) au lieu de deux comme c'est le cas dans les universités ; 2°) la professionnalisation est basée sur la réalisation directe de projets commandités par des entreprises, institutions ou collectivités et pas par le simple contact avec les professionnels du secteur ; 3°) la professionnalisation associe études de terrain et travaux de recherche encadrés par des équipes scientifiques de notoriété.

http://www.sciencespo-toulouse.fr/

Partenaire du Congrès AFSP 2007

Zoom sur...
LaSSP

L'autonomie intellectuelle et académique de la science politique est désormais bien reconnue, mais ne saurait justifier un enfermement disciplinaire : au rebours, le Laboratoire des Sciences Sociales du Politique entend, avec et après bien d'autres, contribuer au renouvellement des problématiques, des méthodes et des objets de la sociologie politique par la pratique d'une véritable interdisciplinarité. Aussi, le Laboratoire des sciences sociales du politique, comme son nom l'indique, s'attache d'une part au caractère spécifique des phénomènes politiques, lesquels se rapportent aux processus de gouvernement, entendus comme l'ensemble des activités tendant à maintenir ou à modifier l'ordre social dans une ou des sociétés politiques, et ont toujours à voir, peu ou prou, avec l'usage de modalités de coercition et de persuasion reçues comme légitimes parce que légitimées ; et d'autre part souligne tout l'intérêt scientifique d'une pluralité d'approches du politique en ses formes différenciées.
C'est pourquoi le LaSSP accueille des politistes, des juristes, des historiens, des sociologues, des chercheurs en science de l'information et de la communication, des anthropologues et des économistes qui, tout en étudiant les phénomènes politiques chacun selon son cadre d'analyse propre, les appréhendent à partir d'une même perspective - que, par sténographie, l'on pourrait dire «au concret» et «par en bas» (bottom up). Qu'il s'agisse d'étudier les institutions politico-administratives gouvernantes comme univers de pratiques au concret ou d'étudier la réception et les usages dits «ordinaires» ou «semi-profanes» du discours des professionnels du champ politique, notamment dans leur dimension européenne, c'est toujours l'économie interactionnelle des pratiques concrètes-réelles des acteurs sociaux qui retient tout particulièrement l'intérêt des chercheurs du laboratoire.
Découvrir le LaSSP...


Centre d’Etudes Politiques de l’Europe Latine (CEPEL)

Fondé en 1983 (sous la direction de P. Alliès), le CEPEL (Centre d’Études Politiques de l’Europe Latine) mène, dans une perspective comparative, des recherches fondamentales en science politique dans les directions principales suivantes : * les transformations de l’action publique ; * les appartenances, l’identité et la citoyenneté ; * les scènes et les élites politiques ; * la sociologie des régimes politiques ; * la sociologie électorale. Le CEPEL est partie prenante de la mise en place du LMD en science politique de l’Université Montpellier I, grâce à l’implication de l’ensemble de ses personnels enseignants-chercheurs et chercheurs tout au long de ce cursus. Le CEPEL est laboratoire de soutien aux Masters de science politique de l’Université Montpellier I. Le CEPEL est membre, à travers l’Université de Montpellier I, de l’European Consortium of Political Research (ECPR).

http://www.cepel.univ-montp1.fr/

Zoom sur...
Pôle Sud
Fruit d’une maturation décennale au sein du CEPEL, Pôle Sud est une publication créée au cours de l’automne 1994. Depuis sa création, cette revue s’est vue assigner trois objectifs : * offrir aux enseignants-chercheurs ainsi qu’aux jeunes doctorants un moyen d’expression et de diffusion de leurs études et travaux de recherche ; * constituer un outil de structuration et de mobilisation d’un milieu scientifique, associant tout à la fois l’immersion locale de politiste et la concrétisation d’un réseau national et international, transdisciplinaire aussi, tant il est vrai qu’il dépasse largement les limites disciplinaires de la science politique habituelle ; * orienter le champ de recherches sur une "aire culturelle", à savoir cette Europe méridionale considérée aussi bien comme un espace partageant certains traits anthropologiques que comme un terrain de mise en oeuvre des politiques publiques, notamment européennes. Le lancement de Pôle Sud , nouvelle formule, répond au souci de dépasser le seul objectif de produire de la connaissance sur le politique dans l’Europe du Sud. Il s’agit également d’établir une revue de science politique en langue française, pluraliste et équitablement implantée dans les univers académiques, articulée autour de deux rubriques intitulées respectivement Thema et Arena à la confection desquelles le comité éditorial contribue pour l’essentiel. Pour mener à bien cette nouvelle politique éditoriale, le choix a été fait de demander aux auteurs non français de soumettre à l’évaluation des articles écrits dans leur langue originelle ou en anglais. C’est pour cette raison que le comité éditorial et le comité de lecture, nouvelle formule, sont composés paritairement l’un et l’autre de politologues de l’Europe du Sud.
En savoir plus sur la revue...


Centre d’Etudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales (CERAPS)

Le Centre d’Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales est une Unité Mixte de Recherche de l’Université de Lille 2 et du CNRS et un laboratoire constitutif de la Maison Européenne des Sciences de l'Homme et de la Société. Il regroupe des chercheurs relevant de trois disciplines principales : la science politique, le droit public et la sociologie.
Il compte 6 ITA (dont 4 CNRS, 1 Universitaire et 1 financé sur un projet ANR), 34 enseignants-chercheurs principalement en poste à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales, à l’Institut d’études politiques de Lille et à l’UFR STAPS, 5 chercheurs CNRS et environ 80 doctorants, aux deux tiers financés. Il constitue le plus important laboratoire CNRS de science politique et de droit public au nord de Paris. Par le volume de ses contrats, il représente la plus grosse UMR en SHS de la délégation CNRS Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
Le projet scientifique du laboratoire (2010-1013) est mis en œuvre par trois équipes qui se sont dotées d’un programme fort fondé sur des questions de recherche fondamentales qui s’articulent étroitement au champ scientifique international :
- La construction d’espaces juridiques et politiques transnationaux européen et mondiaux
- Les reconfigurations actuelles de l’État dans les démocraties européennes
- La participation : vote, engagements et mobilisations collectives
Le CERAPS est un laboratoire d'accueil et de formation. Il est le laboratoire support du Master science politique-action publique de l'Université Lille 2 ainsi que de plusieurs formations en Master de droit public. Il organise depuis 1987 l'école d'été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales. C'est également un laboratoire qui organise régulièrement des manifestations scientifiques, telles que journées d'études et colloques et qui est très présent sur la scène internationale grâce notamment à ses nombreux partenariats institutionnels et aux coopérations universitaires qu'il entretient avec les chercheurs étrangers, notamment au Etats-Unis, au Canada, au Japon et en Europe.
A ce jour, le CERAPS est porteur de neuf projets financés par l’Agence nationale de la recherche. Des projets qui concernent : - l'engagement professionnel et citoyen des enseignants français - les effets du mode de scrutin à deux tours - la formation syndicale ) - la participation démocratique dans le domaine de l'environnement -la participation politique en Amérique latine ) - la surveillance vidéo et audio : ANR Scarface, Smart Vision, SAMSI et CANADA

http://ceraps.univ-lille2.fr/

Zoom sur...
Ecole d'été de Lille en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales
L’Ecole d’été de Lille, école thématique du CNRS, est une formation consacrée aux Méthodes quantitatives en sciences sociales. Elle est organisée par le CERAPS (Centre de Recherches Administratives, Politiques et Sociales, UMR 8026) pour la vingt-troisième année. Il s'agit d'une des cinq formations de ce type reconnues officiellement par l'ECPR (avec celles de Llubjana, d'Essex, d'Oxford et de Cologne), la seule en langue française.
http://quantilille.free.fr/


Centre d’Etudes et de Recherches en Sciences Administratives et Politiques (CERSA)

Fondé à la fin des années soixante, le Centre d’Études et de Recherches de Sciences Administratives et Politiques CERSA a pour vocation l’étude des phénomènes administratifs à tous les niveaux : national - local - international et dans toutes leurs dimensions : juridique - historique - sociologique. Le CERSA est une unité mixte de recherche - UMR 7106 - placée sous la double tutelle de l’Université Panthéon-Assas -Paris 2 et du Centre National de la Recherche Scientifique - CNRS.
Ses thèmes de recherche pour la période 2009-2012 sont :
1. E-gouvernement en Europe : dynamiques des normes et des usages
2. Les systèmes administratifs à l’épreuve du New Public Management
3. Gouvernance du social
4. Espace(s) Public(s) et Sécurité
5. La lutte contre les discriminations et les politiques de la diversité sociale
6. La politique étrangère en tant que politique publique ?

http://www.cersa.cnrs.fr/

Zoom sur...
Base de données ADMINISTRAL
http://www.administral.fr/


Centre Universitaire de Recherches Administratives et Politiques de Picardie (CURAPP)

Le “Centre Universitaire de Recherches Administratives et Politiques de Picardie” a été créé en 1971 au sein de la Faculté de Droit et des Sciences Politiques et Sociales d’Amiens. Equipe associée au CNRS (UMR 6054) depuis 1982, le CURAPP relève aujourd’hui de la section 40 (Politique, pouvoir, organisation) et de la section 36 (Sociologie, normes et règles). L’équipe est composée d’universitaires de chercheurs CNRS et d’ingénieurs en science politique, droit, science de l’éducation, sociologie, philosophie qui contribuent de manière importante à l’ouverture et au dynamisme des recherches. Orienté à l’origine vers l’étude des fonctions de L’Etat dans les sociétés contemporaines, le Centre Universitaire de Recherches sur l’Action publique et le Politique, Epistémologie et Sciences Sociales couvre désormais un vaste ensemble de recherches en sciences politiques et en sciences sociales. Elles vont de l’étude des échelles de l’action publique (du niveau local au niveau mondial) à celle des formes de politisation, en passant par l’analyse de la production et des usages sociaux des savoirs et des normes.

http://www.u-picardie.fr/labo/curapp/

Zoom sur...
CEDOSPO / CEntre de DOnnées Sociales et POlitiques
La création du Centre de données sociales et politiques (CEDOSPO), dans le cadre du projet 2008-2011 du CURAPP, a pour objectif la réunion et la mise à disposition des données et matériaux (textuels, prosopographiques, quantitatifs, etc.) recueillis au cours des recherches menées par les membres du laboratoire. Les données du CEDOSPO complètent ainsi les articles disponibles sur les pages personnelles des membres du CURAPP.
En savoir plus...


Institut des Sciences sociales du Politique (ISP)

L'Institut des Sciences sociales du Politique est une unité mixte de recherche du CNRS implantée sur les campus de l'Université Paris Ouest - Nanterre La Défense et de l'Ecole Normale Supérieure de Cachan. Les politistes, sociologues et historiens qui la composent sont liés par un objectif de recherche commun : contribuer à développer une sociologie politique de la construction démocratique dans les sociétés complexes – c'est-à-dire hautement différenciées - contemporaines.
Son programme de recherche 2009-2012 se structure en quatre axes thématiques : * Action publique et pouvoir politique * Démocratisations, démocraties en conflit * Normes et régulation politique * Transferts, circulations internationales, espaces transnationaux.

http://www.isp.cnrs.fr/

Zoom sur...
Les contrats de l'ISP (2004-2010)
http://www.isp.cnrs.fr/contrats.htm


Laboratoire TRIANGLE

L’UMR 5206 Triangle. Action, discours, pensée politique et économique est un laboratoire CNRS, ENS de Lyon (rattachement principal), Université de Lyon2, IEP de Lyon, rattaché à l’INSHS, section 40 du CNRS. Le laboratoire a été créé au 1er janvier 2005. Notre « Triangle » dessine le lien entre les trois établissements lyonnais d’appui du labo, il rappelle que la constitution du labo a découlé de la décision de travailler ensemble exprimée par trois équipes (la FRE « Discours du politique en Europe, ENS LSH ; la FRE « Centre Walras » Lyon2, l’EA CERIEP, IEP) ; plus programmatiquement il désigne la volonté d’aborder ensemble trois aspects de la politique entendue au sens large du terme : l’action, le discours et la pensée politique et économique.
Le laboratoire Triangle est une UMR clairement pluridisciplinaire, regroupant à ce jour 58 enseignants-chercheurs, 8 chercheurs CNRS (C.R. et D.R.), 4 enseignants-chercheurs associés, 95 doctorants ayant des compétences diverses (diverses disciplines : science politique, philosophie politique, histoire de la pensée politique et de la pensée économique ; diverses aires linguistiques : France, Italie, Russie, monde arabe, mondes anglo-américains et latino-américains). La création de Triangle reposait sur l’idée que ce choix pouvait produire autre chose que la mise côte à côte desdites compétences et contribuer à l’avancée des connaissances dans le domaine de l’action et de la pensée politiques.
Le laboratoire est actuellement structuré en 6 pôles de spécialité : Action publique ; Politisation et participation ; Histoire de la pensée économique ; Philosophie de la politique et de l’économie ; Genre et politique ; Langages et pensée politiques.

http://triangle.ens-lsh.fr/

Zoom sur...
Laboratoire Junio : MOSAP

Le point de départ de la recherche a d’abord été de partir d’une définition large de la mobilisation, entendue comme activation de contenus de connaissance par des acteurs participant au processus de décision publique. Ces contenus de connaissance, ces savoirs, sont pensés d’une part en tant qu’ils existent préalablement à leur mobilisation, et se définissent par le fait qu’ils ne relèvent pas directement du sens commun, c’est-à-dire qu’ils sont issus d’une compétence quelle qu’elle soit (technique, scientifique, pratique). Enfin, le terme d’action publique est lui aussi compris au sens large, c’est-à-dire qu’il n’est pas à rapporter exclusivement à l’analyse des politiques publiques, pour ouvrir la recherche à un ensemble d’éléments touchant à la décision publique de manière moins directe comme les mobilisations collectives ou les espaces parapublics.
L’axe problématique majeur du projet consiste à comprendre comment des acteurs du jeu politique mobilisent des savoirs – pris comme déjà constitués – dans le but d’influer sur la décision publique. L’attention est focalisée sur (1) la manière dont les acteurs mobilisent ces savoirs (par quels vecteurs), (2) leur impact sur la décision publique et (3) la manière dont leur appropriation transforme le corps des savoirs initiaux.
http://triangle.ens-lsh.fr/spip.php?rubrique329


Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad)

Le Cirad est un centre de recherche français qui répond, avec les pays du Sud, aux enjeux internationaux de l’agriculture et du développement. Etablissement public à caractère industriel et commercial, le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) est placé sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère des Affaires étrangères et européennes. En partenariat avec les pays du Sud dans leur diversité, le Cirad produit et transmet de nouvelles connaissances, pour accompagner leur développement agricole et contribuer au débat sur les grands enjeux mondiaux de l’agronomie. Organisme de recherche finalisée, le Cirad établit sa programmation à partir des besoins du développement, du terrain au laboratoire, du local au planétaire.

Ses activités relèvent des sciences du vivant, des sciences sociales et des sciences de l’ingénieur appliquées à l’agriculture, à l’alimentation et aux territoires ruraux. Le Cirad s’engage au plus près des hommes et de la Terre sur des défis complexes et évolutifs : sécurité alimentaire, intensification écologique, maladies émergentes, devenir des agricultures des pays du Sud. Le Cirad concentre ses recherches autour de 6 axes scientifiques prioritaires. Il est présent en priorité dans le cadre de dispositifs de recherche en partenariat (25 dans le monde et 7 dans l’outre-mer français). Le Cirad dispose d’un réseau mondial de partenaires et de 12 directions régionales, à partir desquelles il mène des activités de coopération avec plus de 90 pays. Ses partenariats bilatéraux s’inscrivent dans des dynamiques multilatérales d’intérêt régional. En France métropolitaine, il met à la disposition de la communauté scientifique nationale et internationale un important dispositif de recherche et de formation situé principalement à Montpellier. Le Cirad est membre fondateur d’ Agreenium, le Consortium national pour l’agriculture, l’alimentation, la santé animale et l’environnement, et membre d 'AllEnvi , l'Alliance nationale de recherche pour l’environnement.

Le Cirad c'est : 1800 agents, dont 800 chercheurs. Des activités en partenariat avec plus de 90 pays. 3 départements scientifiques : Systèmes biologiques (Bios), Performance des systèmes de production et de transformation tropicaux (Persyst), Environnement et sociétés (ES). 37 unités de recherche. 12 directions régionales en France métropolitaine, dans l’outre-mer français et à l’étranger. Une trentaine d’outils collectifs de recherche accessibles aux partenaires du Sud. Plus de 1,8 million d’euros consacrés à la formation doctorale ; 800 chercheurs et techniciens du monde entier accueillis et formés chaque année. Un budget de 203 millions d’euros en 2008.

http://www.cirad.fr

Zoom sur...
La formation doctorale
Le Cirad entretient des liens étroits avec les établissements d'enseignement supérieur, au Sud comme au Nord. Les chercheurs sont particulièrement impliqués dans la formation de doctorants et l’accueil de post-doctorants. Chaque année les chercheurs du Cirad encadrent directement plus de 300 doctorants, 60 % d’entre eux sont originaires d’un pays du Sud.
Le Cirad accompagne sa politique de formation doctorale par des actions incitatives et par des allocations de recherche destinées à des doctorants et des post-doctorants travaillant sur des sujets jugés stratégiques. En 2008, 40 doctorants ont bénéficié d’une allocation de recherche du Cirad. Par ailleurs, 240 doctorants ont bénéficié d’un appui financier pour le déroulement de leur thèse. L'appui est dispensé en terme de fonctionnement ou sous forme de bourse pour effectuer un séjour dans un laboratoire du Cirad. Au total, le Cirad consacre chaque année plus de 1,8 millions d’euros à la formation doctorale.
Vous avez un projet dans un domaine scientifique étudié par le Cirad ? Identifiez une équipe susceptible d'être intéressée par votre projet et contactez-la.
http://www.cirad.fr/enseignement-formation/formation-doctorale

Pour en savoir plus sur le partenariat institutionnel avec l'AFSP : afsp@sciences-po.fr